Dépossession, circulation, transformation : les identités noires et le désir dans tous leurs états

« Si nous, et par là j'entends maintenant ceux parmi les blancs et les noirs qui jouissent d'une relative conscience, et qui se doivent, tels des amants, d'infléchir ou de forger la conscience des autres, nous ne faillissons pas, à cette heure, dans notre tâche, nous pourrons peut-être, les quelques bonnes volontés que nous sommes, sortir du cauchemar racial, finir de bâtir notre pays, et changer le monde et le cours de son histoire. »
(James Baldwin, La prochaine fois le feu, 1963)

« un appel à l'action, à la conscience. »
(Assotto Saint, Spells of Voodoo Doll, 1996)

C'est à Paris que se tiendra en 2011 le 9ème Colloque international du "Collegium for African American Research". Dans le droit fil du colloque de 2009, à Brême, consacré aux épistémologies et aux luttes noires, et en amont du colloque d'Atlanta, en 2013, le 9ème colloque du CAAR aura pour thème principal les conditions de la transformation sociale du monde noir. Ce thème est adossé à deux axes qui s'articulent : le croisement, d'une part, d'une approche socioéconomique et d'une perspective identitaire et multiculturelle; et, d'autre part, la relation entre théorisation et transformation matérielle, entre activité intellectuelle et action politique, notamment lorsqu'elle concerne, ensemble, différents groupes dont les objectifs peuvent diverger.

Parce qu'ils sont exemplaires, jusque dans des échecs souvent productifs, d'une constante résistance à l'exclusion, et de ce qu'impliquent transformation individuelle et réforme collective, le colloque soulignera le role historique des études et des mouvements féministes, particulièrement lesbiens, dans les contextes américain et sud-africain. Cette transformation individuelle et cette réforme collective, restent, ensemble, un but à atteindre vers lequel ont tendu les écritures de Audre Lorde et de James Baldwin, au travers, respectivement, d'une esthétique politique du sujet dans la communauté et d'une éthique de l'inclusion, fruit d'une conscience chevillée au désir. Sous la double égide de ces écritures, le colloque figure maintenant ces mutations et les révolutions conscientes qu'elles appellent par le désir et les identités noires, à concevoir dans tous leurs états. L'un, dans son immatérialité, et les autres, dans leur concrétude, sont, ensemble, le symbole d'identifications variées et fluctuantes, de la diversité, aussi, du vécu noir. Ils dessinent et ouvrent le passage du manque à la matérialisation, le mouvement créatif de l'étant à l'être-imaginé, de la métaphore au mortier, de la déclaration à l'action.


Conférenciers pléniers

06 avril 2011
Geneviève Fabre (Université Paris Diderot-Paris 7, France):
"Sense and Sensibility in Toni Morrison's A Mercy"

07 avril 2011
Cathy J. Cohen (University of Chicago, USA):
"Rebirthing the Nation: the Transformational and Transnational Politics of Black Desire"

08 avril 2011
Lewis R. Gordon (Temple University, USA):
« Quand je suis là, elle n’y est pas » : On the Monstrous Threat of Reasoned Black Desire

09 avril 2011
Sabine Broeck (Bremen University, Germany):
"Abolish Property: the Epistemic Challenge of Black Feminist Desire"

Jean-Paul Rocchi
Jean-Paul Rocchi
Université Paris Diderot-Paris 7
CAAR Executive Board
Principal organizer